Un orage historique

Le 13 juillet 1788 le Vexin fut frappé par un orage exceptionnel qui passa sur notre commune le 12 juillet au soir. Voici quelques extraits de textes de l’époque qui vous donneront un aperçu des dégâts constatés et impressionnants !

A Cergy

“A huit heures du matin, le ciel est devenu tout à coup si obscur, qu’à peine on aurait pu lire à la fenêtre d’un appartement. Ce temps ténébreux a été bientôt suivi d’un vent impétueux, qui en quelques endroits, a renversé les cloches des églises et autres bâtiments. Ce nuage affreux portait un déluge de grêle ou plutôt de glaçons. A Saint-Germain ces glaçons ont été pesés ; leur poids était de 4 à 5 livres (1 livre en 1789 = 489,5g). A Pontoise ils pesaient communément cinq quarterons (1 quarteron=128g) et les moindres étaient gros comme des œufs de poule… Le terroir de Cergy depuis le canton dit le Port de Cergy jusqu’aux dernières maisons de Menandon s’est trouvé dans le fort de l’orage ; les blés, seigles, lentilles, avoines, orges étaient brisés et rentrés en terre comme s’il y eut passé une armée de cavalerie ; les vignes, leurs ceps et leurs fruits rentrés en terre, des arbres dépouillés entièrement comme s’ils eussent reçu des coups de serpe… Toutes les vitres de l’église, au midi, dans la nef de Saint-Louis, ont été fracassées… Cette perte a été d’autant plus vivement ressentie par les habitants que leur terroir promettait la plus abondante récolte en tous genres.”

A Pontoise

“A huit heures trente-sept minutes, il atteignit le territoire de Pontoise, et à trente-huit minutes, il couvrait la ville. A un jour brillant succéda une nuit presque complète ; un vent fougueux, les éclairs, un tonnerre continuel ; le bruit de la grêle coupant les arbres, brisant les toits, cassant toutes les vitres, un déluge d’eau inondant les maisons par les toits fracassés, jetèrent l’horreur, l’épouvante et la consternation dans toutes les âmes… Cette grêle était lancée avec une telle force que les murailles qu’elle frappait immédiatement en étaient marquées comme elles auraient pu l’être avec des balles de plomb sorties d’un fusil… Les légumes ont été enfouis dans la terre, jusqu’aux choux pommés percés d’outre en outre… Les maisons dont les toits regardaient l’ouest ont été totalement découvertes, surtout celles couvertes en ardoises… Les plaines étaient jonchées après l’orage de gibier de toute espèce et d’oiseaux morts. Une vache que l’on avait mise pour paître dans un clos y a été assommée. Il y a eu quelques voyageurs blessés ; mais on n’a point appris qu’il y eût de personne tuée.”

Les paroisses sinistrées

Paroisses grêlées le 12 juillet au soir
Ableiges, Bercagny, Chars, Commeny, Cormeilles, Courcelles, Frémécourt, Gouzangrès, Le Perchez, Marines, Montgeroult, Moussy, Santeuil, Us.

Paroisses grêlées le 13 juillet au matin
Pontoise (ville et territoire), Arronville, Auvers, Butry, Cergy, Edouville, Ennery, Epiais, Fontenelle, Frouville, Génicourt, Hérouville, Isle-Adam, Jouy-le-Comte, Labbeville, Le Lay, Les Mézières, Livilliers, Ménouville, Méry, Nesles, Osny, Stors, Saint-Ouen, Vallangoujard,Valmondois.